Le bon augure du coq

DE BELLES PERSPECTIVES EN VUE POUR LES ENTREPRISES QUI DONNENT UN CARACTÈRE MULTICULTUREL À LEUR APPROCHE DE VENTE ET DE MARKETING

chinese_lantern

Au moment où le souvenir des célébrations du Nouvel An s’estompe dans les mémoires du monde occidental, le calendrier chinois nous dit que la dernière fin de semaine de janvier (du 27 au 29) marque l’arrivée du Nouvel An lunaire et de l’année du Coq. À cette occasion, la tradition culturelle s’articule autour de mets et de rituels spéciaux, réputés pour attirer le succès et le bonheur. Dans le zodiaque chinois, le coq représente le dixième des douze cycles et 2017 est une année du Coq de feu, une combinaison qui ne revient qu’une fois par 60 ans.

Le nombre de voyageurs venus de Chine peut augmenter de 47 % lors des occasions spéciales

La prospérité est le souhait qui sous-tend la plupart des coutumes du Nouvel an chinois, en particulier la distribution d’enveloppes rouges dans lesquelles on glisse habituellement quelques billets ou de petits articles précieux, comme de l’or ou des bijoux. Le rouge symbolise le yang, soit la protection, la chance et l’énergie positive. Réputés pour leur sens de la tradition, les Sino-canadiens ne manquent pas de célébrer les festivités du Nouvel An comme il se doit, en compagnie de parents et d’amis. Le nombre de voyageurs venus de Chine peut parfois connaître des pics de 47 % lors d’occasions spéciales comme celle-ci. Parmi eux, les jeunes de la génération Y sont les plus susceptibles de vouloir affronter l’hiver canadien (environ 32 % des visiteurs). Parlant de la génération Y, les données du Project Atlas révèlent qu’en 2015, 31 % des étudiants étrangers inscrits dans les établissements d’enseignement postsecondaire du Canada (soit plus de 38 990 étudiants!) étaient chinois et plus de la moitié d’entre eux envisageaient de rester au Canada.

UNE NOUVELLE STRATÉGIE POUR UNE ÉCONOMIE MONDIALISÉE

Cette formidable croissance du nombre de visiteurs chinois dans toutes les régions du Canada a certainement motivé la décision de nombreux organismes de se doter de services adaptés aux voyageurs sinophones (mandarin et cantonais). L’Aéroport international de Vancouver (YVR) déploie énormément d’efforts pour faire en sorte que les nouveaux arrivants se sentent bien accueillis, à tel point qu’il s’est vu décerner un prix du China Canada Business Council (CCBC) en décembre dernier (2016) pour la valeur des politiques mises en place au cours des deux dernières années. En mettant l’accent sur une stratégie de marketing intégrée et de solides initiatives de service à la clientèle, YVR se met en bonne position pour accueillir les quelque 25 millions de voyageurs attendus en 2020. Selon un article de Bloomberg, « la Chine s’apprête à devenir la principale source mondiale de voyageurs internationaux, un pays dont 200 millions d’habitants pourraient s’envoler vers l’étranger chaque année, créant un phénomène touristique jamais vu. » D’où la nouvelle approche de marketing de YVR.

La traduction ne suffit pas vraiment quand on aborde le marketing multiculturel : il faut aussi interpréter et mobiliser la communauté

L’intégration d’une stratégie de marketing consiste d’abord à tenir à jour une page sur Weibo, LA plateforme sociale des Chinois. Empruntant à la fois à Facebook, à Twitter et aux applications de messagerie directe telles que WhatsApp, Weibo facilite les communications entre les voyageurs chinois et l’aéroport. La plateforme attire chaque jour pas moins de 132 millions d’utilisateurs. « En collaboration avec les compagnies aériennes, nous avons aussi élaboré un programme de frais et tarifs novateur, appelé ConnectYVR, qui offre quelques-uns des tarifs les moins élevés d’Amérique du Nord », peut-on lire sur le blogue de l’aéroport. YVR est en outre la seule installation aéroportuaire canadienne à offrir des vols sans escale vers Nanjing. Ce service prévoit créer plus de 162 emplois, à YVR et ailleurs en Colombie-Britannique.

LES DÉFIS DE L’APPROCHE MULTICULTURELLE DU MARKETING

Il peut s’avérer difficile d’établir sa présence dans les marchés étrangers. Il arrive souvent que l’équipe d’une entreprise ait besoin de conseils pour composer avec les coutumes ou la langue de la collectivité à qui elle souhaite s’adresser. Heureusement, il existe une tendance de marketing numérique qui peut vous aider à surmonter cette difficulté : la localisation du marketing.
Si vous faites affaires dans une province anglophone du Canada, par exemple, vous aurez besoin d’une équipe locale qui saisit parfaitement les nuances subtiles, mais combien importantes, qui distinguent l’anglais du Canada de celui des États-Unis. C’est ce qu’on appelle la localisation. Le respect de la syntaxe et des particularités locales est essentiel pour faire en sorte que votre message passe sans ambiguïté. Les services de traduction ne suffisent pas tout à fait lorsqu’il est question de localisation : une interprétation exacte et une mobilisation communautaire efficace (et locale!) sont cruciales pour élaborer une stratégie gagnante. La localisation du marketing est la stratégie à adopter pour accélérer votre croissance dans un contexte d’économie mondiale.

Meilleurs vœux de bonheur et de prospérité en cette Année du Coq!